Au Comptoir Rôliste 10

Commencer son année avec une liste, c’est pas bien glorieux…

10 Jeux pour les Curieux

 

Je n’aime pas franchement les chaînes qui pullulent sur les réseaux sociaux, vous promettant une éternité de malheur si vous ne likez pas et ne partagez pas (commente si toi aussi tu es maudit sur 100 générations). Pourtant il arrive que certaines retiennent mon attention, non pas pour leurs menaces mais pour leur sujet : les jeux de rôles. Et comme j’aime soliloquer au zinc, je vous fait profiter de la dernière en date, avec l’espoir que vous vous prendrez au jeu aussi…

Qin les Royaumes Combattants sera dans la sélection…

Voici la petite liste de jeux de rôles à partager

Nommez un jeu que vous aimez :

1) grâce à son système de règles
2) malgré son système de règles
3) sans vraiment comprendre pourquoi
4) grâce à son univers, son thème ou son ambiance
5) grâce à une campagne ou des scénarios officiels
6) grâce à ses illustrations
7) grâce à la nostalgie qu’il vous inspire
8) grâce à la place qu’il prend parmi les autres créations de son auteur ou éditeur
9) de façon un peu honteuse ou (de ce que vous en savez) contrairement à l’avis général
10) grâce à sa mise en page, son ergonomie ou ses accessoires

et les réponses qui vont avec ! C’est parti pour le jeu que j’aime :

1) grâce à son système de règlesFU, qui n’est qu’un système de règles souple et narratif. C’est devenu mon couteau suisse de meneur, que je dégaine à toute occasion pour faire découvrir les jeux de rôles.

2) malgré son système de règles : Knight, un univers plein de mystères et dilemmes moraux, avec une esthétique accrocheuse mais un système qui pousse à l’optimisation… Heureusement, il y a l’armure ultime de celui qui ne veut pas se prendre la tête dans la construction de son personnage : la Warmaster.

3) sans vraiment comprendre pourquoi : je rationalise trop mes goûts pour avoir réellement un jeu que j’aime sans comprendre pourquoi.

4) grâce à son univers, son thème ou son ambiance : Qin, qui combine l’esthétique wu xia pian et civilisation chinoise antique : s’amuser, se dépayser et se cultiver à la fois, tout ce que j’aime réuni en un seul jeu.

5) grâce à une campagne ou des scénarios officiels : j’aurais pu répondre Qin une deuxième fois mais je vais choisir le jeu qui aurait pu se trouver cité à la question précédente, Legend of the Five Rings. La première édition regorge de pépites mais le scénario qui m’a le plus désarconné est celui paru dans la Voie du Crabe VF : point d’expédition héroïque dans l’Outremonde (le scénario de l’écran, le Clan du Lièvre, l’a très bien fait) mais une réflexion autour de la tradition et de la symbolique de l’âme du samouraï, le sabre. Surprenant et profond, il a longtemps été mon scénario de prédilection pour de l’initiation à L5R.

Legend of the Five Rings ou les motifs d’un Japon fantasmé

6) grâce à ses illustrations : Freaks’ Squeele : j’ai acheté ce jeu juste pour les illustrations de Florent Maudoux. Et malheureusement je le conserve uniquement parce que j’aime les illustration de Florent Maudoux… Sinon mention honorable à Changelin première édition et ses aquarelles de Tony DiTerlizzi.

7) grâce à la nostalgie qu’il vous inspire : INS / MV (In Nomine Satanis / Magna Veritas), mon premier achat de jeu, mes premières armes de meneur, ma première nuit blanche, mon premier scénario de convention, ma première soirée enquête… Ce jeu a été présent à de nombreuses étapes de mon cheminement rôliste et ne pourra sans doute jamais être détrôné.

8) grâce à la place qu’il prend parmi les autres créations de son auteur ou éditeur : Contes Ensorcelés d’Antoine Bauza, créateur de jeux de sociétés à succès (Ghost Stories, 7 Wonders, Takenoko, Tokaido…) dont la production rôliste n’aura pas eu le même retentissement. Mais était-ce seulement possible ?

9) de façon un peu honteuse ou (de ce que vous en savez) contrairement à l’avis général : DD4 (Dungeons & Dragons 4), un jeu qui a rompu trop brutalement avec la survendue 3.5 et qui a été rejetée par de (trop) nombreuses personnes qui n’y ont de toute évidence pas joué. Le gameplay unifié des classes était pourtant du beau boulot et certaines mécaniques étaient bien pensées (rituels, défis de compétences, …). J’aurais bien choisi INS / MV Génération Perdue mais la franchise est dans mon point 7 donc évitons les répétitions.

10) grâce à sa mise en page, son ergonomie ou ses accessoires : la gamme Chibi du Grümph avec ses tableaux et listes très inspirantes dans un format ramassé (sans compter les illustrations au style inimitable). Mon secret de meneur sur le pouce : inspiration fournie par Chibi, motorisé par FU. J’évoquerais également Sombre Zéro avec son système et sa feuille de personnage hyper optimisée.

La dernière édition d’INS MV, injustement boudée selon moi

J’espère lire vos sélections personnelles en commentaire ou sur la publication d’origine du créateur Jérôme Brand Larré. Et je vous souhaite une bonne année ludique, en notre compagnie ou pas…

2 réflexions au sujet de « Au Comptoir Rôliste 10 »

  1. 1) grâce à son système de règles

    Lu récemment : Shadowrun Anarchy, parce que la version classique de Shadowrun était devenue trop touffue et que là, c’est clair comme de l’eau de roche.

    2) malgré son système de règles

    L’Appel de Cthulhu V7. Attention, je n’ai rien contre le système D100. C’est juste que ce n’est sans doute plus un système au goût du jour et qu’il n’est peut-être pas le plus adapté à ce genre de jeu.

    3) sans vraiment comprendre pourquoi

    Bimbo. Les règles sont nulles et le thème mal adapté. L’humour clairement potache et sexiste. Mais j’aime bien.

    4) grâce à son univers, son thème ou son ambiance

    Le Jeu de Rôle des Annales du Disque-Monde. Un JDRA de ma plume. Parce que Terry Pratchett.

    5) grâce à une campagne ou des scénarios officiels

    Warhammer, pour la campagne dite de l’Ennemi Intérieur. La meilleure campagne fantasy de tous les temps.

    6) grâce à ses illustrations

    Plenilunio. Le jeu a d’autres atouts, mais clairement, c’est la patte graphisme des Royo qui m’a poussé à acheter.

    7) grâce à la nostalgie qu’il vous inspire

    JRTM, parce que ce fut l’une de mes premières parties et que j’ai toujours été fan de l’univers de Tolkien, ensuite parce que ses suppléments sont vraiment encyclopédiques pour les fans du monde.

    8) grâce à la place qu’il prend parmi les autres créations de son auteur ou éditeur

    L’Agence Barbare, car c’est mon premier jeu de rôle professionnel en tant qu’unique auteur. Publié chez Stellamaris (merci pour la confiance).

    9) de façon un peu honteuse ou (de ce que vous en savez) contrairement à l’avis général

    Aucun des JDR que j’aime ne suscite de honte chez moi. J’assume mes choix. Et l’avis général, ben je m’en moque.

    10) grâce à sa mise en page, son ergonomie ou ses accessoires

    On va dire D-Start pour l’initiation et le jeu en convention. Dix univers dans une boîte.

    • Merci pour la réponse et meilleurs vœux.

      J’aime beaucoup ta réponse 10 car D-Start se balade dans mon sac sur les salons généralistes avec FU. J’y ai d’ailleurs consacré un article http://decapeetdedes.fr/d-start-une-boite-qui-en-a-sous-le-capot/

      JRTM m’a aussi beaucoup marqué par son érudition, même si le plaisir de jeu était moins évident.

      Et je vais de ce pas jeter un oeil sur ton jeu Disque Monde car l’inclusion de l’humour dans les systèmes de jeu m’intéresse beaucoup : curieux de voir ton approche…

Répondre à Som Yann Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.