Test de Knight

C’est arrivé en 2034. L’Anathème a frappé violemment le monde et ses ténèbres ont envahi des régions entières, noyant des villes, des pays et même des continents… De l’obscurité ont jailli des atrocités qui ont enlevé des innocents, assassiné des familles entières et propagé l’Horreur. Par l’Horreur, le désespoir a étreint l’humanité et, peu à peu, le monde a perdu ses couleurs, ses artistes et sa volonté d’exister. 

Mais, grâce aux immortels, une partie du globe n’a pas cédé aux ténèbres. Ces 24 êtres plus qu’humains, tous d’anciennes grandes figures politiques ou économiques, ont accueilli dans leurs arches les citoyens qui souhaitaient échapper à l’obscurité. Dans leurs villes tentaculaires protégées par des dômes de lumière, l’humanité résiste encore et toujours à l’Anathème. 

Et puis, en 2036, un homme est arrivé à Dublin et a levé à lui seul les ténèbres qui hantaient la ville. Équipé d’une méta-armure aux qualités technologiques exceptionnelles, celui que l’on nomme désormais Arthur est devenu la figure de proue d’une humanité qui combat pour sa survie. Soutenu par les immortels, Arthur mène maintenant un millier d’hommes, les knights, dans un combat sans merci contre l’Anathème.

Vous êtes l’un de ces courageux chevaliers.

Knight qu’est ce que c’est ?

Déjà Knight c’est un jeu de rôle lancé en financement participatif sur la plateforme Ulule qui a récolté 368% de ses objectifs! De toute évidence nous ne sommes pas les seuls à suivre ce jeu avec intérêt.

La petite description ci-dessus nous plonge dans un univers sombre où les ténèbres, que l’on appelle l’Anathème mais dont l’origine est inconnue, se sont déversées sur la Terre avec leur lot d’horreurs. La population humaine sombre dans le désespoir, et se réfugie dans les Arches, sortes de forteresses, dirigées par un mystérieux groupe de 24 immortels. C’est sans compter sur le Knight qui combat l’Anathème sous toutes ses formes.

Le Knight est une organisation mondiale dirigée par Arthur, qui combat l’Anathème au grâce à des chevaliers équipés d’armures technologiques créées par Merlin (ça vous dis quelque chose? c’est normal).

Knight_gm_screen

Mais comment ça marche ?

Le système de jeu, bien que complet, reste assez simple. La création d’un chevalier repose sur 15 caractéristiques reliées chacune à un aspect :

  • la Chair : Déplacement, Force, Endurance
  • la Bête : Hargne, Combat, Instinct
  • la Machine: Tir, Savoir, Technique
  • la Dame: Aura, Parole, Sang-Froid
  • le Masque : Discrétion, Perception, Dextérité

Pour effectuer un test, le MJ impose l’aspect principal du jet, et c’est au joueur de proposer un aspect complémentaire en fonction de la manière dont il va effectuer son action. En fonction de ce combo d’aspects et de la justification donnée par le joueur, le MJ choisira la difficulté à associer. Prenez alors autant de D6 que ces deux valeurs additionnées et lancez : les faces pair font une réussite, les impairs sont des échecs, c’est aussi simple que ça. D’ailleurs certains contributeurs du projet Ulule recevront des dés spécifiquement créées pour Knight.

J’ai bien aimé ce système car il donne beaucoup de souplesse et permet d’impliquer un peu plus le joueur en le faisant argumenter son choix plus finement. Au niveau du personnage on retrouve aux côtés de l’éternelle jauge de santé, une jauge d’espoir, représentant la capacité de notre Knight à surmonter l’horreur du monde qui l’entoure et à continuer à faire son dur travail de protecteur de l’Humanité (rien que ça).

Mais on est pas là pour enfiler des perles, passons à ce qui fait de ce jeu le rêve du geek bercé à Warhammer 40k, Iron Man, et autre joyeux lurons caparaçonnés: l’armure.

Knight_armors

A Knight in shining armor

Votre armure est ce qui fait de vous un Knight, l’une des seules personnes capable de combattre et de repousser l’Anathème, cette noirceur qui s’insinue sur Terre et dans le cœur des hommes.

Votre armure comporte un certain nombre d’éléments inclus d’origine tel qu’un communicateur, un projecteur holographique, un module de vision de nuit. Elle est évidemment caractérisée par un nombre de points de structure (la santé de votre armure), une valeur de bouclier (l’encaissement des dégâts) ce qui reste assez classique.

Les joueurs pourrons choisir parmi 9 méta-armures de base (toutes créées par Merlin) qui vont vous offrir un certain nombre de capacités de départ assez différentes les unes des autres :

  • La Warrior offre à son porteur une grande polyvalence car elle lui permet de s’adapter à toutes les situations.
  • La Paladin est capable de tirer à plusieurs reprises et de protéger les autres grâce à des dômes de champ de force.
  • La Priest répare les autres armures et est capable de générer des structures en nanomachines.
  • La Warmaster peut générer des impulsions afin d’améliorer les capacités des alliés et repère les points faibles de l’ennemi.
  • La Rogue permet à son porteur de se rendre invisible.
  • La Bard peut enclencher un champ holographique qui fait passer son porteur pour n’importe qui ou n’importe quoi.
  • La Ranger est dotée d’un fusil polymorphique capable de générer n’importe quelle munition, avec n’importe quel effet.
  • La Wizard peut créer une puissante vague lumineuse et manipuler du plasma.
  • La Barbarian peut grandir de plusieurs mètres et gagner en puissance afin de provoquer de lourds dégâts (c’est celle que j’ai testé, et je peux vous dire qu’elle fait très bien son boulot!)

Viennent s’ajouter à ces armures pas moins de 50 modèles d’améliorations, juste dans le livre de base, vous permettant de créer votre armure sur mesure afin de répondre au mieux à la menace de l’Anathème.

A noter que grâce à la réussite du financement participatif, un premier supplément est déjà prévu incorporant au moins deux nouvelles armures et très certainement de nouvelles améliorations.

knight_kneel

Ce qu’on en pense

Ça a certainement transparu dans ce test, j’ai été conquis autant par l’ambiance assez sombre de l’univers que par le système de jeu, même si je m’inquiète un peu du phénomène « brouette de dés 6 » (ce qui me gênait à Shadowrun par exemple). Cependant la lecture assez simple des dés tend à atténuer ce problème.

Un autre point à surveiller, selon moi, est le risque de tourner sur des scénarios trop manichéens, avec le Knight se posant en parangon de vertu et l’Anathème comme ennemi tout désigné, un peu à la manière de Pendragon. Cependant on sent dans la présentation de l’univers et même dans le kit d’initiation se dessiner des trames scénaristiques plus complexes. Dans tous les cas c’est comme toujours le travail de votre bien-aimé MJ d’éviter ce genre de route toute tracée dans le scénario.

C’est important de le préciser, le travail graphique, tant sur les illustrations des armures que sur le kit d’initiation laisse présager un livre de règles de toute beauté qui fera du plus bel effet dans votre bibliothèque. Le livre de base inclura également trois scénarios afin de se faire une idée et se mettre en jambe.

Pour quand c’est prévu?

Vous l’aurez compris ce jeu n’est pas encore sorti, il est actuellement en cours d’impression et les premières livraisons devraient se faire avant Noël.

Vous pouvez d’ores et déjà télécharger le kit d’initiation pour vous faire une idée par vous-même !

Le lien du site de financement participatif avec quelques informations : http://fr.ulule.com/knight-jdr/

Le site de l’éditeur : http://editionsorygins.org/

La page Facebook pour suivre l’avancée du projet : https://www.facebook.com/Knightjdr

3 réflexions au sujet de « Test de Knight »

  1. Petit retour suite à la partie de vendredi soir.

    Knight est vraiment un jeu dont l’univers est intrigant et propice aux théories les plus folles sur ses nombreux mystères (nature de l’anathème, des immortels, jeux de pouvoirs entre les arches et au sein des arches…). Plusieurs styles de jeu sont envisageables, même si une campagne militaire sera moins riche sur le long terme qu’une campagne basée sur les dilemmes moraux des Knights. Attention toutefois, certaines inspirations du jeu sont assez évidentes (au-delà même de la Table Ronde) et peuvent laisser supposer que le jeu n’a pas de spécificité propre. De mon point de vue de joueur, seul l’avancement de la campagne permettra de lever ce doute.
    Le système de jeu est simple d’accès mais présente quelques défauts qui peuvent se révéler assez pénibles à l’usage (impossibilité de convertir ses actions de combat en action de mouvement, négociation sur la deuxième combinaison d’un test…), surtout que la plupart de ces scories relèvent d’archaïsmes rôlistiques qui n’ont plus leur place dans un jeu actuel selon moi. Par contre très gros coup de cœur pour la jauge d’espoir, symbole de la plongée progressive et inéluctable du Knight dans les abysses…

    Knight est un jeu qui possède de nombreux atouts à faire valoir (univers riche, système accessible et modulable, …) et dont les défauts reposent sur un manque de tests évident (certainement lié au financement participatif, qui encourage les créateurs à faire vite). Le jeu pourra plaire à des profils de joueurs très variés, pour peu que la table se mette d’accord sur l’aspect de l’univers qu’il veulent explorer.

  2. Ping : Les inspis de Kakita Somy 3 | De cape et de dés

  3. Ping : De l’influence (discrète mais réelle) du mythe arthurien | De Cape et de Dés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *