Les inspis de Kakita Somy 3

Dredd

Maintenant que BijOrn a terminé son stream jeu de rôle dédié à Knight, je vais pouvoir – enfin – partager avec vous ma troisième inspiration. Effort minimum à consentir pour cette fois car il s’agit d’un film : Dredd (2013) de Pete Travis, avec Karl « Eomer » Urban, Lena « Cercei, Gorgo, Sarah Connor, ça pose non ? » Headey et Olivia « pas de gros rôle marquant, désolée… » Thirlby.

Dredd afficheDans un futur post-apocalyptique, l’humanité tente de survivre dans des mégalopoles tentaculaires telle que Mega City One, où la loi est représentée par les Juges, policiers qui dispensent également jugement et sentence. Alors qu’il doit évaluer la recrue Anderson (Olivia Thirlby), l’implacable Juge Dredd (Karl Urban) se retrouve pris au piège dans une tour contrôlée par la redoutable Ma-Ma (Lena Headey). Sans possibilité de fuite, Dredd et Anderson vont devoir affronter un gang plus qu’hostile sur son propre territoire.

Si le scénario de Dredd ne brille pas par son originalité, c’est pour mieux mettre en valeur l’action et les personnages, deux éléments étroitement liés mais qui sont trop souvent oublié dans les blockbusters actuels : on ressent plus d’intensité dans les moments de tension si les protagonistes nous semblent familiers. Pour le coup, même si les personnages sont des archétypes (héros impassible, recrue en proie au doute, chef de gang sanguinaire et retorse…) ils sont suffisamment caractérisés pour qu’on comprenne leurs motivations et qu’on choisisse son camp. La réalisation fait honneur au concept minimaliste du film avec quelques astuces visuelles qui soulignent certains éléments de l’intrigue (usage de drogue, pouvoirs mentaux) et contournent habilement un manque de moyens évident. Malin et sans concession, Dredd tire le meilleur de son statut de petit film pour nous livrer un actionner efficace et divertissant.

dredd 01Comme vous l’avez sans doute compris à la lecture de l’introduction, Dredd est plus qu’une inspiration pour Knight: le scénario du kit d’initiation du jeu est carrément inspiré du pitch du film. Les joueurs pourront se représenter de manière nette à quoi ressemble une arche, surtout dans les quartiers les plus défavorisés, ainsi que le rapport au pouvoir de leurs personnages. Par contre, l’exemple du juge Dredd est à éviter pour la gestion des êtres humains (sous peine de sombrer très rapidement dans le désespoir… ou les ennuis). Dans un registre plus large, le film pourra servir d’inspiration à tout jeu où les personnages joueurs représentent une certaine forme d’autorité (COPS, Berlin XVIII, Wastburg, Dark Heresy…): se retrouver piégé dans un lieu où les rapports de force et de pouvoir sont inversés est toujours une expérience éprouvante, voire mortelle.

Sur ce, bon visionnage et bon jeu.

PS: si vous aimez les films d’action en huis-clos, je ne saurais trop vous conseiller également Nid de guêpe de Florent-Emilio Siri, The Raid de Gareth Evans et Assaut de John Carpenter (l’original de 1976, pas le remake moisi de 2005)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *