Mr. Robot hacke la télévision

Mr. Robot

L’été dernier je découvrais avec fascination Mr. Robot, une série si perturbante qu’il était d’autant plus étrange de la retrouver sur un grand réseau américain et non sur le câble. Il aura fallu attendre plus d’un an pour la voir débarquer en France, sur le service public en prime, mais l’important est qu’elle soit enfin accessible au plus grand nombre. France 2 a clairement pris un risque en choisissant de diffuser cette création singulière de Sam Esmail, vous allez vite comprendre pourquoi.

mr-robot-01

Mr. Robot raconte la double vie d’Elliot (Rami Malek), jeune informaticien new-yorkais atteint de troubles anxieux sévères et accroc aux opiacés, spécialiste de la sécurité informatique le jour et hacker la nuit. Son travail chez Allsafe Security attire l’attention du groupe de hackers Fsociety et de son énigmatique leader, Mr. Robot (Christian Slater), qui veulent se servir de ses talents pour faire s’écrouler le conglomérat E Corp. (surnommé Evil Corp.), premier client de son employeur.

Le synopsis de Mr. Robot donne immédiatement le ton de cette série hors-norme, bien loin de la zone de confort de France Télévision (malgré une diffusion tardive). Son habillage est à l’avenant : logo rouge sur fond noir bien anxiogène, titres d’épisode terminés par une extension de fichier vidéo, scènes de hacking  réalistes donc peu spectaculaires, tout pour déstabiliser la ménagère insomniaque. Il suffit pourtant de dépasser cette première impression pour découvrir une œuvre magistrale.

mr-robot-02

Ne vous laissez pas abuser par le rythme lent de Mr. Robot, les dix épisodes de la première saison sont d’une densité thématique, émotionnelle, visuelle tout bonnement hallucinante. La réalisation est soignée comme rarement à la télévision, en particulier les cadrages et le montage qui soulignent l’étrangeté d’Elliot et des évènements qui se déroulent à l’écran. Sans compter la bande originale, composée de musique électronique dépressive, qui renforce encore cette singularité.

Que les choses soient bien claires : Mr. Robot ne plaira pas à tout le monde, loin s’en faut. La série s’éloigne tellement des canons de la série tout public, tant par la forme que par le fond, qu’elle va créer un véritable malaise chez le spectateur lambda. Mais ce serait passer à côté de ses innombrables qualités, dont les interprétations magistrales de Rami Malek et Christian Slater. D’ailleurs, préférez la VO (disponible sur le replay) pour bénéficier de toute la subtilité d’interprétation des dialogues.

mr-robot-03

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *