Cogitations Rôlistes 04

Je ne vais pas tourner autour du pot : je n’ai pas bossé pour le site cette semaine… mais j’ai un petit truc à partager avec vous tout de même.

Exercices de Style

Il existe toute sorte de concours pour mettre à l’épreuve les créateurs de jeu de rôle en herbe, avec toutes sortes de contraintes pour pimenter un peu les choses. Temps limité, thème imposé, format alambiqué, les organisateurs rivalisent d’ingéniosité pour mettre des bâtons dans les roues libérer l’imagination des participants (vous savez, la fameuse contrainte créative…). Ne vous y trompez pas : à moins d’être un game designer expérimenté ou un génie conceptuel qui s’ignore, il y a peu de chance que vous pondiez un truc jouable en l’état. Mais c’est une bonne occasion de tester des concepts qui vous trottent dans la tête et surtout d’avoir des retours extérieurs sur vos idées qui semblent forcément révolutionnaires (normal, ce sont les vôtres) alors qu’elles ne sont bien souvent qu’un mélange d’influences trop nombreuses et mal digérées. Bref plus de chances de concocter un smoothie rognons/banane qu’un tournedos Rossini…

Je me suis prêté à l’exercice dans le cadre du concours Il était une fois un petit jeu de rôle dont la spécificité, comme son nom l’indique, est de faire tenir un jeu de rôle complet en 250 mots, univers, système et création de personnage inclus. Ça n’a pas été simple mais à force d’enlever toutes les périphrases, toutes les figures de style, quasiment tous les exemples, on y arrive tout en restant relativement clair (enfin moyennant quelques relectures instructives bien que douloureuse pour l’amour-propre). Le plus drôle dans cette histoire, c’est que l’article introductif est maintenant plus long que le jeu en lui-même. Donc sans plus de cérémonie, je vous présente Burning Shield et vous souhaite une bonne lecture. N’hésitez pas à me faire vos retours, voire à y jouer si le cœur vous en dit (je n’ai pas pu le tester moi-même vendredi pour cause de convoyage maternel… je me comprends).

Burning Shield

un jeu narratif court sans meneur ni préparation pour 3 ou 4 joueurs

Burning Shield bannière

Logo du jeu par votre serviteur

Dans Burning Shield, vous incarnez un flic de Redemption, environnement urbain hostile, corrompu et décadent. Les histoires seront sombres et violentes, spirales de frustration destructrices et sanglantes.

Commencez par créer votre ville : soyez simples et évocateurs (station spatiale isolée, ville frontière western). Décrivez ensuite vos personnages en une phrase : nom, niveau d’expérience, trait psychologique et élément d’intrigue (Hogan, bleu idéaliste surendetté).

Chaque joueur, à tour de rôle, décrit une courte scène problématique pour son personnage dont la conclusion est laissée en suspens. Le narrateur et ceux voulant s’impliquer jettent un d6 : le plus élevé raconte l’issue (relance en cas d’égalité), favorable uniquement sur un 6 ; les autres joueurs impliqués prennent un jeton. Les scènes se succèdent équitablement jusqu’au climax, déclenché au cinquième jeton d’un joueur.

Le climax est la scène finale de l’histoire où la frustration des personnages trouve une conclusion violente. Le joueur déclencheur décrit le cadre et les enjeux du climax, puis tout le monde positionne brièvement son personnage dans ce contexte. Chaque joueur lance ensuite autant de dés que de jetons accumulés : le plus grand résultat aura le contrôle sur l’issue générale de la scène ; les autres décriront l’état de leur personnage, le plus petit résultat racontant sa mort.

Vient ensuite l’épilogue où chacun dépeindra la vie de son personnage après ce traumatisme. La conclusion est pour le joueur du mort, chargé de raconter comment les ennuis rattrapent les survivants…

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *