Festival des Jeux de Cannes 2019, le JdR fait son numéro

Par le biais de mon travail, j’ai la grande chance de me rendre au Festival des Jeux de Cannes presque tous les ans depuis 2006. Du coup, j’ai pu voir bien des évolutions, des changements, des cycles…

2019 fut une belle édition qui confirme les quatre- cinq éditions précédentes. Le FIJ est devenu un salon incontournable pour les joueurs de jeux de société, les boutiques (les espaces Bto B comme on dit sont de plus en plus nombreux et de mieux en mieux organisés), mais aussi pour le jeu de rôles qui recommence à être bien présent dans les allées.

Je n’ai pas envie de revenir sur ce qui était mais plutôt de me concentrer sur ce qui est. Alors, pour être sûr de ne rien oublier (ou presque), je prends mon plan du Festival et je coche tous les coins où il y avait du jdr.

Petit  déroulé par le Menu ! J’en profiterais par illustrer mes propos par une vidéo Casus TV ou Ind100 Podcast s’il y a lieu car ils ont bien couvert l’événement.

Bonne surprise, les espaces jdr sont quasi tous regroupés sous la dénomination « Jeux de simulation/figurines/escapes games » sur le plan. Bien évidemment, cet espace est plutôt dans « un coin » du palais des festivals, et les stands ne donnent pas sur la grande allée centrale, mais le regroupement thématique est notable.

GRAAL

Commençons par ceux qui sont là depuis des années pour le jdr sur le festival.

Le GRAAL est un regroupement d’associations un peu unique en France : C’est le Groupement Azuréen des Associations Ludiques. Depuis de nombreuses années, ils gèrent un espace associatif de taille fluctuante sur le salon.

Jeux de figurines, jdr, illustrateurs, auteurs de jeux sans stands fixes y trouvent un accueil bienveillant et sympathique. Cette année, on pouvait croiser l’auteur d’Insectopia, les éditions Antre Monde qui ont repris Knight très apprécié à l’association. Depuis quelques années, ils gèrent aussi les nuits du Off, et le triathlon du jdr, les nocturnes jdr.

J’utilise le terme unique pour parler du GRAAL, car la perspective d’animer au FIJ, de ne présenter qu’un seul interlocuteur crédible à la direction du palais, a dû obliger toutes ces bonnes volontés à se structurer. Du coup, le milieu des assos de jdr en PACA est très coordonné : site commun, calendrier commun à l’année avec de nombreuses manifestations, on se rend des services entre manifs, on va aux manifs des copains et surtout on se retrouve une fois par an au FIJ. J’imagine que cela ne va pas sans heurts (c’est la vie associative), mais la confiance renouvelée du palais des festivals est un signe de réussite et surtout de renouvellement des cadres sur la durée – bravo à eux.

La nouveauté de cette année, c’était les premiers GRAAL d’or du jdr, une cérémonie de remise des prix le vendredi soir  dans une salle dédiée (ou l’As d’or fut remis pendant quelques années) avec 3 prix :

Dans la catégorie Réédition : Pavillon Noir chez Black Book éditions.

Dans la catégorie Traduction : Tales of the Loop chez Arkhane Asylum publishing

Dans la catégorie Création Francophone : Colonial Gothic chez Batro’ Games.

Ce fut une réussite pour une première année, il faut maintenant communiquer plus sur le prix auprès des éditeurs et du public.

Arkhane Asylum

Éditeur quasi local (Nice), Arkhane, comme l’année passée avec Star Trek a fait l’effort de proposer une vraie nouveauté à l’achat, voir même deux. Quelques exemplaires de la VF du jdr The Witcher étaient là, ainsi que le quickstart de la nouvelle édition de Vampire.

Petit à petit, l’éditeur se stabilise et s’impose comme un acteur qui compte : les crowdfundings (Tales of the loop, Maléfices, la gamme world of darkness) fonctionnent, sont livrés dans des délais globalement raisonnables. Les gammes sont suivies, et certains produits ne passent même pas par la case CF (comme Star Trek).

Il y avait aussi deux tables de jeux un peu serrées sur le stand. Il ne manquait que le génial et sympathique Olivier « akae » Sanfilippo avec des images de son jeu l’empire des Cerisiers pour reproduire le stand de 2018.

Black Book Edition/Casus belli

Je mets les deux ensembles tant les deux entités sont liés (avec en plus un espace Game On Tabletop, leur plateforme de financement). BBE/CB pérennise depuis quelques années toujours le même gros emplacement, et c’est un signe de bonne santé, je suis content pour eux.

Niveau boutique, l’accent était mis sur la boite d’initiation Chroniques Oubliées Contemporain Cthulhu, un super produit de démarrage. Mais il y avait au total 7 tables de démo jdr qui ne désemplissait pas avec des parties de 1h maximum. Je salue la performance, car ça veut dire des MJs qui enchaînent pendant 3 jours les parties courtes et rythmées, un point accueil efficace pour prendre les inscriptions, les réservations. En plus du nouveau Chronique, les joueurs pouvaient essayer D&D5, Chroniques Oubliés Fantasy, Héros et Dragons, mais aussi Tails Of Equestria (avec une belle mise en valeur de la table dont une idée toute bête mais bien vu : un pot de crayons de couleurs pour colorier son Poney joueur sur la fiche).

Niveau événementiel, le planning était aussi chargé avec des dessinateurs sur tablette graphique avec un écran pour permettre au public de suivre, mais surtout, à partir du samedi, la présence de toute l’équipe de Role N’Play, la web série BBE. Le samedi fut hallucinant avec une belle petite file d’attente pour se faire dédicacer livres et autres mugs.

Le financement des saisons 3 et 4 a d’ailleurs fait l’actu dans les travées jdr du festival, car la cagnotte est passée de 120 000€ (le mercredi au montage) à plus de 150 000 le dimanche, pour clôturer à 172 992€ le lendemain. Tout bonnement hallucinant, y compris pour les gens de BBE.

Khaos Project

Cette nouvelle entité a raflé la timbale récemment en décrochant les droits pour la VF du très attendu Warhammer Fantasy RPG 4ème édition (toi aussi hume la nostalgie des années 80/90), ainsi que les droits pour les VFs des jdr Warhammer 40K et Warhammer Age of Sigmar (la dernière propriété intellectuelle de Games Workshop).

Les jeux « fantasy » sont développés en VO par Cubicle 7, le jeu 40K, Wrath or Glory de son petit nom, par l’éditeur allemand Ulisses Spiele.

Mais les gens derrière cette entité sont des vétérans de par chez nous. Khaos Projet est le regroupement des forces vives de 7ème Cercle (Z-Corps, Keltia), AKA games (Symbaroum, Chill) et de Abyss distribution pour la partie logistique.

La surprise du salon, c’est la mise en vente du kit de démarrage Wrath or Glory. Pour 20€, des fiches de PJs prétirés en couleur et un scénario complet avec quelques pages de règles pour voir ce que le jeu a dans le ventre.

Matagot jeux de rôles

L’an dernier, Matagot, par ailleurs éditeur de nombreux jeux de société, mettait à l’honneur D-Start sur son grand stand loin de la zone jdr. Fabien Fernandez, l’auteur était même là pour faire quelques dédicaces.

Mais le rôliste est difficile à bouger de sa zone de confort et de son « coin de salon à lui ». Du coup, en 2019, Matagot a investi dans un petit stand d’angle bien placé avec deux énormes visuels D-Start et Ecryme (dont le CF vient d’être livré en intégralité). Avec une seule personne sur le stand, qui devait assurer un peu de démo, et les ventes en même temps, ce ne fut pas une combo super efficace, mais on peut saluer l’effort de représentation.

Arnaud Cuidet, l’auteur de Métal Adventures, en attente d’une version 1.5 du livre de base (1ère édition en 2009) était aussi présent mais sur l’espace associatif GRAAL.

Scripatrium

Scriptarium est un petit éditeur associatif qui a plusieurs cordes/gammes à son arc.

Ils traduisent le jdr Défis Fantastiques  (le jdr qui regroupe en un tout cohérent la plupart des Livres dont Vous êtes le Héros de la série du même nom), participent activement au jdr Loup Solitaire, et viennent de rééditer avec succès Rêve de Dragon.

Bref, une belle brochette de quadra-rôlistes qui savent se faire plaisir. Sur leur petit stand, il y avait du matériel difficilement accessible en magasin, et ils y avaient aussi des dédicaces de Jidus, le maître d’œuvre de la réédition de Rêve de Dragon et du très honorable Rolland Barthelémy, dessinateur régulier de la première mouture de Casus Belli et aussi aux pinceaux pour Rêve de Dragon.

Studio Agate

Agate est aussi un éditeur associatif à la pâte graphique très marquée. L’an dernier, il proposait la sortie en fanfare du premier volume de Dragons (leur version de la licence libre du système D&D5) et des premiers livres de la VF de 7ème mer.

Cette année, juste un petit nouveau livre de 7ème mer a se mettre sous la dent, une petite table de démo et c’est tout. L’événement était plus du côté de la présence de Julien Blondel sur le stand. Après être passé par la BD (l’adaptation d’Elric !), le sérious game, ce vétéran de la scène jdr francophone revient avec un financement participatif pour Vermine 2047, son jdr post-apo déjà édité au début des années 2000.

Syrinscape

J’ai appris à connaître ce nom à cause de contenu sponsorisé sur mon fil FB. Intrigué, je suis allé voir en vrai de quoi il en retournait.

En quelques mots, Syrinscape est une appli de sons et de musiques d’ambiance pour sonoriser vos parties de jdr. Quand vous téléchargez l’appli, vous avez quelques packs de sons gratuits. Sur le salon, avec des codes personnalisés, il vous offrait 3 settings de son supplémentaires.

Vous pouvez ensuite achetez des packs de sons à l’unité ou alors par abonnement. Certains packs sont validés « officiels » par les éditeurs (Paizo, WotC) et spécifiques pour des campagnes du commerce.

En cherchant sur le web, on peut trouver des choses équivalentes et gratuites, mais là, tout est prêt, facile d’usage, customisable (on peut créer ces play list custom, intégrer des sons qu’on a enregistré), et rassemblé en un seul endroit.

Et il suffit d’une tablette et d’une enceinte bluetooth. C’est mon coup de cœur du salon pour la partie jdr. Bienvenue en 2019, rôliste quadra !

Deadcrows/Batrogames/Raisedead

Ces trois petits éditeurs se sont regroupés l’an dernier sous la même bannière pour mutualiser les trucs chiants, en particulier l’administratif, tout en gardant chacun leur indépendance et leur liberté créative.

Deadcrows venait d’annoncer juste avant le FIJ qu’ils avaient signé avec Chaosium les droits pour la nouvelle édition de Runequest, qualifiée de véritable retour aux sources. Tout cela sous la bienveillance de Edge qui est devenu le nouveau partenaire francophone de Chaosium suite à la perte des licences par Sans-Détour (c’est « Ze feuilleton in jidérie » des dernières semaines). J’ai eu la possibilité de voir ce bel ouvrage en VO, un super écran, et j’ai pu baver sur le « Guide To Glorantha », le double pavé de 400 pages, sorte d’encyclopédie de l’univers du défunt Greg Stafford. Le studio ne fait pas de mystères :le lancement se fera par un financement participatif très prochainement.

L’actualité brûlante des corbeaux morts, c’est le participatif Nautilus, une création interne basée sur les écrits de Jules Verne. Si au départ, j’étais peu motivé par le sujet, j’ai découvert que Didier Graffet, fan de Verne, signe la couverture et que le roman méconnu de Verne « les 500 millions de la Begum », que j’aime beaucoup, est utilisé pour une étape de la campagne de jeu. Deux éléments qui vont peut-être finir par avoir raison de ma carte bleue.

A signaler que la sympathique et francophone Sarah Newton, autrice de Mindjammer, était présente sur le stand pour des dédicaces, ainsi que Emmanuel « Kahouet » Bouley, leur dessinateur attitré.

Raise Dead est un petit éditeur francilien qui a pour vocation de ramener à la vie les vieux jeux de Siroz/Croc en particulier. Car surtout en 2019, on a besoin de ce petit ton irrévérencieux y compris dans le jdr

Tout cela a commencé par une nouvelle édition du classique INS /MV. Mais le projet initial était bien une nouvelle édition de Bitume, un jeu post-apo tendance Mad Max mais en mode franchouillard cassoulet/rillettes en se moquant des années 80. Après de multiples tests de systèmes de jeux, les auteurs ont choisi d’utiliser le moteur (pour Bitume, moteur, humour, drôle) de Chroniques Oubliées Contemporain en ajoutant des règles pour les poursuites ne voiture, le custom d’équipement, la récupération. L’annonce du salon fut la signature de Vincent Dutrait comme dessinateur pour les archétypes de personnages. On attend le financement avec impatience dans quelques mois.

BatroGames

Batro, c’est un peu le chien fou de l’édition française : une créativité de dingue, des sujets hors-normes au sens littéral et des jeux expérimentaux : Mantra le jeu oniro-punk, Planète Hurlante, Mantoïd Universe, la Trilogie de la Crasse, autant de perles à lire et à jouer.

L’éditeur a reçu pour le plus classique Colonial Gothic : A l’Est d’Eden le Graal d’Or 2019 pour le prix de la création française. Et surtout, j’ai pu échanger avec lui sur le futur Rotting Christ, le jeu de rôle inspiré par le groupe de Black Metal du même nom.

Edition Leha

Sous ce nouveau pseudonyme se cache un éditeur avec un projet ambitieux: faire le lien entre le jdr et la littérature Sf/fantasy.

En littérature de genre, Leha a fait l’actualité en novembre dernier avec le cycle « le livre des martyrs » de Steven Erikson. L’auteur a fait un tour de France des librairies dont  Imaginaute chez nous. Autre cycle notable : Alamander, du français Alexis Flamand : incontestablement, un livre écrit par un rôliste.

Du côté des OVNIS, je citerais aussi le génialissime guide Star Marx, un guide touristique uchronique où l’URSS a gagné la guerre froide qui est tiré d’un jdr amateur.

Du côté du jdr, LEHA est l’heureux éditeur de la nouvelle version de Mega, le jdr français de  SF des années 80/90 par Didier Guiserix, le rédac’chef historique du Casu Belli originel. Sur le micro stand, Didier, toujours aussi sympa, a passé des heures à faire des dédicaces de Mega 5ème paradigme, et les auteurs de Star Marx étaient aussi là. Leha est une maison d’édition à surveiller.

Tric Trac/Mash Up

Monsieur Phal, l’emblématique représentant du site Tric Trac est un rôliste de la première heure. Comme beaucoup des ses joueurs de première génération, après avoir délaissé le jdr pour se mettre aux jeux de société modernes, il est revenu à ses premiers amours. Cela s’est concrétisé par Mash Up, un programme vidéo, où il assure la mène avec  un système maison, et des propositions d’aventures bien déjantées; A l’issue de de la remise des GRAAL d’or, Phal a animé une partie live de Mash Up avec Mr Guillaume et Germain, ces acolytes de Tric Trac et en improvisant face à un public qui a été invité à participé.

Le lendemain, Phal était à la fois content et tout retourné de cette expérience hors-norme.

Voilà mon petit (mais costaud) retour de Cannes niveau jdr. L’article n’a pas vocation à être exhaustif. Je ne parle pas de certains éditeurs qui étaient présents mais sans véritables espace stands ou animation jdr (Edge/FFG France, XII singes, Origames, Mythic Games, ..),mais tout ces gens ont quand même été interrogés par la Casus TV, donc n’hésitez pas à regarder ces petites interviews rapides et efficaces.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas en commentaires.

 

Nico

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.