Chroniques Oubliées Fantasy Mini mais pas trop

Si vous nous suivez sur Instagram, vous saviez déjà que ce moment arriverait tôt ou tard…

Ne vous fiez pas à sa petite taille, il a tout d’un grand…

Une fois n’est pas coutume, je vais chroniquer un produit de découverte des jeux de rôles (c’est toujours une obsession chez moi) mais celui-ci est particulier pour votre serviteur : Chroniques Oubliées Fantasy Mini est la version allégée d’un jeu que j’ai beaucoup pratiqué… Chroniques Oubliées Fantasy (ou COF). Bien que le jeu fut à l’origine une boite de découverte (tiens tiens…) publiée en 2009 chez Black Book Editions (ou BBE), il a connu une résurrection dans les pages de la quatrième version du magazine rôliste Casus Belli (propriété de BBE) comme système générique maison en 2011, avec pour première déclinaison un univers fantasy. Le jeu est toujours actif avec une quantité appréciable de matériel : univers, campagnes, accessoires, boites de découverte complètes et ce petit fascicule.

Publié au format mook (16,5*21,3 cm) comme le magazine qui a vu naître son aîné, COF Mini se présente sous la forme d’un livret de 28 pages tout en couleurs et illustré magnifiquement (dans un style que je qualifierais de « mascotte ») par Stéphanie Böhm : on imagine sans peine les parents rôlistes appâter leur progéniture avec un tel ouvrage ( je ne me suis pas gêné). Bref rien d’intimidant pour des apprentis rôlistes.

Côté contenu, c’est diablement efficace et on sent toute l’expérience de BBE dans cet exercice. La partie pédagogique tient en une page de BD de Thierry Segur pour montrer une session de jeu et une page pour présenter le principe du jeu de rôle sauce COF. Bien que les explication textes restent sommaires, elles ne sont pas incomplètes pour autant : la BD a bien débroussaillé le terrain de manière visuelle (et tout le monde sait qu’un image vaut mille mots) et le texte enrichit cette première approche.

Le système de jeu de COF Mini est un bijou de minimalisme comme je les aime. Inspiré de Dungeons & Dragons 3.5 (qui avait pour particularité d’être en licence libre), Mini est encore plus épuré que ne l’est COF grâce au travail des auteurs maisons de BBE et d’un fan du jeu (qui possède une communauté très active) : moins de caractéristiques, moins de pouvoirs, moins de calculs… mais les arbitrages judicieux effectués (y compris dans les options présentées) conservent toute la saveur du jeu original.

COF Mini réussit l’exploit de faire tenir toutes les règles, une mini aventures (prévue pour 30 minutes de jeu) et un petit bestiaire en une quinzaine de pages bien maquettées et illustrées, rendant la lecture des plus agréables. Les feuilles de personnages occupent pas moins de 6 pages (une par profil et une généraliste) et les personnages pré-tirés sont disponibles en téléchargement sur le site de l’éditeur : la création de son avatar étant l’un des plaisirs du jeu, je ne peux que me féliciter (encore une fois) de ce choix.

De jolies illustration et une maquette aérée pour une lecture des plus agréables

Bien que je vous le recommande chaudement, il a tout de même un défaut que je me dois de soulever : alors que la concurrence propose du clé en main pour une gamme de prix équivalente, COF Mini ne propose « que » le livre pour une dizaine d’euros. Le manque de dés et d’écran n’est pas rédhibitoire en soi mais pourrait faire pencher la balance pour d’autres produits plus complets niveau matériel, y compris chez le même éditeur.

Mis à part cette réserve, Chroniques Oubliées Fantasy Mini relève le défi, tant sur le fond que sur la forme, avec brio : calibré avec soin pour de la découverte en une heure (création de personnage incluse) sans pour autant sacrifier les options de jeu, il parvient sans peine à réunir plusieurs générations de rôlistes autour de la table sans léser personne. Avec un peu d’imagination et de recherches sur le net, il pourra vous suffire un bon moment ; pour le reste, la riche gamme Chroniques Oubliées vous tend les bras…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.