Chronique d’un Héros : Capitaine Armand Lupin – III

dhEn guise de préambule à cette chronique je me dois de vous signaler que les aventures d’Armand Lupin sont issues d’une partie de jeux de rôles. Elle contient des révélations sur la campagne officielle Dark Heresy donc si vous souhaitez la jouer, Passez votre chemin.

Et n’oubliez pas, l’Empereur protège !

 La XIIIème Heure

 

 

867255cityruche3          En arrivant près du palais de l’administrateur, l’éclipse commence et avec elle la Bacchanale des Ténèbres.
Mais d’abord, je reçois un appel sur mon com-vox. Il s’agit du technoprêtre en chef du Balbuzard, JC48B. Il est venu avec ma sœur, puis l’a perdue. Bien que j’aurais dû le tancer vertement et lui traverser la tête avec mon épée énergétique, je pris sur moi, n’ayant aucun domestique capable d’utiliser la technomaîtrise. Il me fallait un sbire d’une intelligence supérieure à Sally Tucker, en tout cas pour sauver Quaddis et pénétrer dans les tréfonds des bibliothèques de Chase, là où j’aurais le plus de chance de trouver des indices sur la localisation de la Charte des Haarlock.
Nous rentrons en groupe, comme naturellement, par rapport à mon rang, grâce aux invitations fournies par la Femme Araignée. Le domaine se situe juste en dessous de la tour de contrôle et est défendu par des batteries de Bolters Lourds Fulgurants, des armes que même le Balbuzard n’a pas ! Dans le bio-dôme qui contient le palais, nous naviguons à travers une jungle, guidé par un domestique un peu trop curieux sur les affaires de la famille Lupin. Arrivés au palais, nous sommes accueillis par des dorures, des statues et d’autres manifestations de puissance et de richesse. Dans la pièce principale, noire de nobles, se trouve une estrade où trône une pendule gigantesque, sur laquelle différents cadrans indiquent des heures différentes, et tournent chacun à leur rythme. En demandant aux convives autour de nous, nous apprenons le nom de ce mécanisme :  » Le Théâtre des Horloges ». Il fut inventé par un libre-marchand Haarlock qui s’en servit pour différentes choses, toutes semblant en dehors des lois de l’Imperium. Les différents cadrans tendent à se synchroniser pendant le Carnaval de Sang, pour pointer le moment de l’éclipse et ainsi donner le départ des Bacchanales des Ténèbres.
La pièce était, comme je l’ai écrit plus tôt, remplie de nobles de plusieurs rangs, tous semblant apprécier ce moment même si du stress et de l’angoisse commençait à perler sur certains visages. Suivant Sally Tucker, qui n’en faisait – pour changer – qu’à sa tête, nous saluâmes une sœur de bataille assez âgée, du nom de Sœur Camilla, de l’ordre Dialogus.

          Pendant ce temps, JC48B télécharge les plans des bâtiments, tant anciens que nouveaux, le palais ayant énormément changé au cours des siècles. Gabriel Chase est issu d’une famille noble, emmenée sur Quaddis pour lui servir d’administrateurs. Le dernier rejeton, Gabriel, ne se montre qu’en de rares occasions, occupé par une vie de débauche et d’alcool: un homme de goût, assurément.
Une des sœurs de bataille les plus âgées, qui a pu prédire la venue de l’éclipse, nous envoie en quête d’informations auprès d’un vieillard décrépit, un certain « Patriarche Vilpus », qui n’a pas l’air de goûter aux joies du banquet comme le reste des autres nobles. En allant nous présenter, il me signale qu’il a bien connu mon père, Albus Lupin, car il a par le passé sillonné l’espace en sa compagnie. Mon père lui doit d’ailleurs trente Trônes, d’une soirée poker. Il nous emmène alors dans un bureau, nous permettant par la même occasion d’entendre des vrombissements mécaniques dans les murs, que nous sommes bien en peine d’identifier, y compris mon technoprêtre en chef. De l’archéotechnologie, sûrement.
Par la sagesse de son vieil âge, il nous parle de l’histoire de Quaddis. Son découvreur était Fostino Haarlock. Le théâtre des horloges est un appareil permettant de contrôler les tempêtes qui balaient Quaddis, et peut être contrôlé par le Faiseur de Veuves, qui se sert du balancier principal comme d’une clé pour maîtriser son pouvoir. C’est à ce moment que nous apprenons qu’il est capable de changer de peau, de projeter n’importe quel visage. Tout les nobles peuvent donc être suspects ! Mais ces informations nous font comprendre aussi que le balancier, la clef, doit certainement être le cœur du Faiseur de Veuves et que nous devons donc le détruire, avant la XIIIème heure et la destruction de Quaddis. Non pas que je sois attaché à cette planète, mais leurs prothèses mécaniques sont d’une qualité exceptionnelle et j’ai toujours préféré que la planète où je me trouve n’explose pas.

          Nous sommes à ce moment coupés dans notre conversation par neuf grondements sourds, comme un cœur qui bat en sous-sol et dans les murs du palais. La IXème heure ! En repartant dans la salle principale, nous voyons que les esprits commencent à s’échauffer : des nobles sont en train de s’invectiver, ils savent que la Bacchanale approche, ils cherchent des cibles pour étancher leur soif de sang…

          Pressés par le temps, nous partons explorer le phoenix_home_by_dinodrawing-dadgjmbpalais de Gabriel Chase afin de découvrir un moyen d’empêcher la Bacchanale. Au détour d’un couloir et grâce à notre intelligence (enfin surtout la mienne et celle de JC48B), nous trouvons une bibliothèque secrète : en face de nous, un tableau représentant un vaisseau de guerre, aux couleurs des Haarlock, devant une planète baignée d’une lumière noire incandescente. Le titre de l’œuvre : « La Mort de Tannis ». Tannis est un monde mort du secteur de Quaddis. En bas du tableau se trouvent des mots : distorsion, massacre, temps, captivité. Des heures de plaisir en perspective ! Mais nous trouvons aussi des livres, un peu sur tout les sujets, l’un d’eux attire particulièrement mon attention : « La Charte des Haarlock ». Je joins une transcription à mon histoire mais pour faire court, elle permet à un de leurs descendants de posséder un pouvoir incommensurable, semblable même à celui de l’Empereur !

          L’Histoire des Haarlock : lorsque leur chef a disparu, une guerre intestine a éclaté. L’un des membres de la famille, Erasmus, n’était pas intéressé par cette lutte pour le pouvoir et s’est retiré du jeu. Mais ça n’a pas suffit : un de ses cousins l’a retrouvé et a massacré sa famille. Erasmus a disparu pendant dix ans, ruminant sa folie et engrangeant un pouvoir gigantesque, qui lui permit de tuer tout les Haarlock survivants et de disparaître avec son vaisseau, le Spear of Destiny. Il a donc certainement en sa possession la Charte originelle !
Il me la faut à tout prix. J’ai de maigres indices, des lieux : le monde de Synophia, où il avait un repaire dans la ville de Synophia Magna, et sur le monde de Solomon où il a enterré les cendres et les dépouilles de toutes ses victimes, dans la « Maison de poussière et de cendres ». En ressortant de la bibliothèque, nous voyons des pèlerins traverser les couloirs et disparaître ! Un passage secret, nous le trouvons et les suivons, mais pour tomber dans une embuscade menée par des assassins mécanisés extrêmement puissants. Au prix de multiples blessures, nous parvenons à triompher de ceux-ci, alors même qu’ils ont réussi à prendre – par je ne sais quel moyen – le contrôle de Tucker, que nous parvenons toutefois à libérer en détruisant la lame noire qu’elle avait trouvée dans les Cages Rouges. Possession ? Nous décidons de ne pas lui en parler: elle n’en a aucun souvenir et avoir été possédée lui enlèverait le peu de santé mentale qu’il lui reste.

La Xème heure sonne. Les rouages cliquettent encore plus fort. Nous sortons du passage, pour tomber sur des cadavres, des nobles éventrés par les serviteurs mécaniques du palais. En examinant la pierre qui sert de balancier, je vois qu’elle semble noircie, charbonnée. Certaines fois, elle ressemble vaguement à un cœur. Cela confirme mes suppositions quand au Faiseur de Veuves. Par intermittence, nous voyons Marcus Vulpa et son masque de chacal dans la salle, sans toutefois parvenir à mettre la main dessus. Dehar sort à ce moment une pierre précieuse de sa poche, qu’il dit avoir récupérée dans la Maison des Bêtes. Vert pâle avec des volutes, cela me semble étrange. Un individu le voit faire et l’intimide pour qu’il lui donne: il s’agit d’un ordre donné par sa maîtresse, une certaine Lady Cheska Duquenne. Cette femme ne me semble pasa4bb0204cd2e451ab92e879d7b931bda normale, sans que je puisse mettre le doigt sur la raison. Dehar, apeuré, lui confie la pierre. Après les évènements concernant le couteau, cela me semble une riche idée…

La XIème heure sonne. Un homme arrive, marchant de façon erratique. Il s’agit de Lord , un de mes cousins très éloigné. En le prenant dans une salle à part, nous nous apercevons qu’il a un trou béant dans la poitrine, à l’endroit où devrait être son cœur ! Nous abrégeons ses souffrances et son existence contre nature, et revenons dans la salle principale, pour encore voir sans pouvoir l’attraper Marcus Vulpa.

La XIIème heure sonne. Les lumières s’éteignent. Après un court moment, quand elles se rallument, nous voyons que l’horloge est barbouillée de sang et qu’il y a  deux mains et deux pieds à l’intérieur, que j’identifie comme ceux de ma sœur grâce à la bague familiale qu’une des mains porte… Tout prend sens dans mon esprit ! Il faut le sang des Haarlock pour prendre le cœur et contrôler le Faiseur de Veuves ! D’où le cœur manquant de mon cousin, aussi ! Je suis donc destiné à prendre possession du cœur, du balancier et ce faisant sauver le monde ! Ainsi je comprends aussi que ce n’est pas le Faiseur de Veuves qui a massacré ma sœur mais plus sûrement le Bien Aimé, afin d’avoir la possibilité d’accomplir ses noirs desseins: comme si j’avais besoin d’autres raisons pour le tuer… Je parviens à ouvrir la vitre mais les mouvements erratiques des différents cadrans me semblent trop dangereux pour attraper l’objet !

Et enfin, la XIIIème heure. Le Bien Aimé apparaît, Marcus Vulpa aussi. Ce n’est pas le chef de la Maison des Bêtes mais bien le Faiseur de Veuves qui porte sa peau ! Et là c’est la bousculade, le Faiseur de Veuves commence à se battre contre les pèlerins de Hayte qui sont apparus, tandis que le Bien Aimé lui tire dessus ! Je n’écoute que mon courage et plonge la main dans le Théâtre des Horloges, attrape le cœur et le détruit. Tout se passe très vite: tout commence à trembler, le Faiseur de Veuves explose, Dehar détruit le Bien Aimé, l’éclipse se termine. Et là, sur le sol, la peau du visage de Vulpa, animée par la volonté du Faiseur de Veuves, qui ne pourra jamais mourir. Je décide de le prendre avec moi, il aura une bonne place dans ma salle des trophées ! Nous ressortons et sommes contactés par le Balbuzard, qui vient de pouvoir reprendre contact avec nous. Avant de partir, nous menons à bien notre mission et tuons Papa Griste, en ouvrant la boîte devant lui. Il se fait décapiter par une araignée robotisée qui emmène la tête, sûrement pour sa maîtresse, qui me recontacte par la suite pour me remercier.

          La suite ? Synophia, Solomon, la Charte des Haarlock, une puissance et une richesse incommensurable ! Moi, Armand Lupin, je serais le libre-marchand le plus riche de l’espace connu !

 texte rédigé par Éric Larivière et publié avec son accord.haarlock

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *